La chronique de Emmanuel Normant





                   Une EXCELente chronique - Onglet 4

 
31 janvier Descriptif general Remarques particulières Action engagée Effet déclenché par l'action engagée Heure
driveway Neige sale avec des morceaux de sable dedans. Des quidams ont déblayé une partie du driveway. C'est bien pratique pour garer la Ford. On note des traces de Michelin XZ32, un modèle pour les camions de déménagement de la région de Montréal, indique le guide. Pourquoi un camion de déménagement québécois se serait-il garé devant le château ? On réprime un sentiment de malaise. On gare la Ford, bien perpendiculaire à l'axe de la rue. Elle ne dépasse pas sur le trottoir. Ca commence bien. La plénitude. On est ex-ac-te-ment orthogonal à la rue. C'est sidérant. Avant l'heure
Rez de Chaussée Vidé comme une volaille y z'ont tout piqué ! Le bar n'est pas vide, il n'est pas. On note sur le carnet : les maisons, c'est comme les femmes. C'est nues qu'elles montrent leurs plus beaux volumes. On tapote le carnet. On n’est pas mécontent. On retire les godillots rapport au carrelage propre. On retire les guêtres pour retirer les godillots. On retire le pantalon pour retirer les guêtres. On est nu. On recherche le moindre indice. On a du mal. Rien n'est pas un indice. Le vide n'explique rien. Il est. On réfléchit. Le rien n'est rien sans quelque chose autour. Dieu existe t’il? On a froid aux pieds. La plus grande perplexité. La mâchoire tombe lentement. On se remémore le manuel : s'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème. On reconnait: le type qui a écrit n'est pas la moitié d'unecrotte. Le froid remonte le long des jambes. On remonte à l'étage. Le FAMAS bat les cuisses nues de sa crosse métallique et glacée. c'est pas l'heure
Chaudière Dans cette cave vide ou résonne mes pas / Un ilot de chaleur ronronnant comme un chat. Ben, deux alexandrins. Quand même. Ça nous change de l'antisémitisme primaire. On vérifie les caméras. un gnome apparait sur l'écran. Il semble bidouiller le boitier noir de la régulation d'eau. Il annone une sorte de patois. Du tchèque ? Un gnome tchèque s'est introduit dans le château, sortant d'un camion de déménagement canadien. Soit. Une voix crie dans l'escalier appelant un Anatole Kuhn. L'homoncule se déplace, visiblement sensible à la voix mystérieuse (mais féminine). On s'assoie iii c'est froid. Un tchèque d'origine canadienne et petit de taille répondant au patronyme absurde d’Anatole Kuhn s'est introduit dans le château au volant d'un monstre diesel de 70 tonnes en vue de bidouiller le régulateur d'eau de la chaudière. Ça se corse. En comparaison, les cadavres de jeunes femmes désirables aux seins perforés et violets, c'est de la roupie de sansonnet. J'y pense. Kuhn? C'est pas juif ? après l’heure
Etage Rin Ils ont vraiment tout embarqué. Pas le moindre Brouilly. En veste de combat, slip kangourou règlementaire, et jambe à l'air, dans cette grande maison vide, loin de ses amis, on a une grosse boule. Dans la gorge. Les cameras indiquent que le gnome sévit aussi à l'étage. Il déambule devant la caméra à moitié nu en hurlant pipipipi. C'est pas du tchèque affirme le manuel. La mystérieuse (mais féminine) voix intervient: Acasuffimainentmongaillaretcellatulaveu? Une sorte d'incantation ? Un code? En tout cas, ça marche bien. Le tchèque se la moule et se rhabille. Deux autres nains passent devant la caméra. Moins tchèques. Plus grands. Assez bruyants néanmoins. Les mouvements de l'un deux sont commandés par une petite boite qu'il tient dans la main. Son cerveau ? Il suit aveuglement les indications de sa petite boite en se cognant contre les murs. C'est ridicule.   Il y a deux catégories d'êtres humains. Les normaux, et ceux entourés de gnomes tchèques qui bidouillent des régulateurs de niveau d'eau dans de grandes maisons vides. L'ORPA Normant a le sentiment de ne pas faire partie de la catégorie raisonnablement à l'abri d'un internement imminent. Il s'inquiete. Il n'a pas tort. c'est pu l'heure
robinets Chromés 1 - Il fait 55.3F 2 - l'eau coule vers le bas 3 -  la maison a été entièrement dévalisée 4 - Le tank de fuel est à moitié plein. On décide de concentrer tous les efforts sur le 3. En rembobinant les enregistrements on peut remonter jusqu'à la genèse. Lorsque la maison était pleine. On note au fil des bandes une activité de ruche d'une quantité importante de bipèdes qui semblent répondre aux ordres froids de la voix mystérieuse (mais féminine). Cette dernière semble avoir un ascendant majeur sur la bande de clochards qui se remuent désespéramment.  Aucune, et j't'emmerde. Mais va t'on me foutre la paix avec ces robinets de merde ? Une confusion certaine. Une question bien réelle : comment va-t-on expliquer tout ça au Commandant? Une attaque surprise de commandos du PQ qui - tels les barbares harcelant Rome - subodorent la fin de l'empire américain, certes déjà bien amorcée par une pourriture de l'intérieur? Trop politique. Un jeune et charmant couple parent de trois bambins rebondissant de joie et de vie viennent chercher leurs affaires dans un déménagement rondement mené ? Ridicule.   comme disait fort à propos
extérieur Sale, gris, mais - c'est notable - sans Tim Sans Tim c'est le Top. Mais on se barre de cette baraque de dingue. Un grand vide et une question : Quel intérêt d'une inspection hebdomadaire pour inspecter rien ? Et sans bar ? On se rassure. Le haut commandement. aura certainement une réponse idoine formulée dans un charabia militaire qui ne fera aucun sens. La vie continue. L'ORPA Normant sourit: Y'a de la purée avec des saucisses ce soir au réfectoire. ma grand me



 

 
 
Onglet 1 Onglet 2 Onglet 3 Onglet 4





 

 
Page suivante   >