Noëlle Echiffre                                                                                                       Accueil Noëlle Echiffre
        
                               
                                 
 
Je dépose les voix





 






 




 








 
 






















 

 






 
 
Page suivante   >

  • Claude Hersant dit :
    12/11/2019

    J'aime particulièrement la première photo, forêt obscure et mystérieuse, et la dernière, lumineuse.

  • Cachou dit :
    10/11/2019

    Il y a comme une hésitation à quitter l'univers sombre et habité de la forêt pour entrer dans cet espace policé deviné au-delà. Les chaises vides recouvertes d'une nappe linceul me suggèrent une attente que les fleurs agencées sur la table viennent me confirmer. C'est une histoire qui s'écrit dans l'ordre choisi de ces photos : je retourne à la liberté et à la forêt, on s'y cache mieux, et on observe en être vu ... !

  • noelle echiffre dit :
    7/11/2019

    Oui Rincevent ça peut se dire aussi comme ça...

  • Rincevent dit :
    5/11/2019

    L'être des bois à suivi le chemin ensoleillé et charmant. Mais il n'aurait pas dû passer le portail, personne ne l'attend, pas de fête, le vide. Il est enfermé à jamais dans un univers artificiel, où un parc soigneusement entretenu, ersatz de forêt, lui rappelle sa liberté perdue.

  • Reno sculpteur dit :
    2/11/2019

    Les quatre premières me touchent énormément. Tu rends la forêt et les arbres presqu’humains. L’automne apporte une touche de vérité. L'humanité des arbres.

  • Marie-Lys dit :
    2/11/2019

    De plus en plus lumineuses et aérées, j’aime chaque photo mais encore plus l’ordre dans lequel tu nous les proposes. Comme si petit à petit on arrivait à trouver notre chemin.

  • Danielle de L. dit :
    1/11/2019

    La première photo me fait peur, la dernière rassure, elle enveloppe chaleureusement sans enfermer et laisse une porte de sortie , on aimerai voir cet endroit .

  • Catherine dit :
    26/10/2019

    J'entends la voix de la forêt mais d'autres plus discordantes. Ce "mélange" est étrange, il y a à la fois cette nature toujours présente et des traces d'hommes invisibles, de ceux qui enferment... J'aime beaucoup celle de la clôture, beaucoup... La profondeur de champ y est très réussi.



  •