Christophe Campos
 
Fractales Urbaines
 
« Je n'arrêtais pas de prendre la photo, j'essayais de puiser dans le flux de la vie, […] de ne pas m’ imposer au monde, mais plutôt d’ apprendre à accepter ce flux. »
P. Graham, à propos de The Present.
 
« Toutes les photos étaient pareilles. L’ entreprise entière consistait en une rafale étourdissante de répétitions, la même rue et les mêmes immeubles encore et toujours, un délire obstiné d’ images redondantes. […]
Auggie photographiait le temps, je m’ en rendis compte, le temps naturel et le temps humain à la fois, et il accomplissait cela en se postant dans un coin minuscule de l’ univers que sa volonté avait fait sien, en montant la garde devant l’ espace qu’ il s’ était choisi. »
P. Auster, Le Noël d’Auggie Wren, 1998*.
 
De loin, comme ça, tout n'est que fractale aux airs de racines carrées.

Rien n’arrive que des habitants, guidés par le hasard quotidien, comédiens d’un instant résolument non-décisif, traversant une scène choisie, unique, identique.

A y regarder de plus près...
Au fil des passants...

Et la ville finit par s’incarner dans ce pointillisme.
 
 
4 times Oxford Circus
4 times Oxford Circus, London, UK

 
9 times Calle Vicenç, Cadaqués
9 times Calle Vicenç, Cadaqués, Spain

 
16 times Le Pont Neuf, Toulouse
16 times Le Pont Neuf, Toulouse, France

 
25 times Camden Town, London
25 times Camden Town, London, UK

 
36 times Malaya Dmitrovka, Moscow, Russia
36 times Malaya Dmitrovka, Moscow, Russia

 
49 times Connexion Café, Toulouse, France
49 times Connexion Café, Toulouse, France

 
64 times Ulica Szpitalna, Cracow, Poland
64 times Ulica Szpitalna, Cracow, Poland

 
81 times Rue des Lois, Toulouse, France
81 times Rue des Lois, Toulouse, France

 
100 times Place du Capitole, Toulouse, France
100 times Place du Capitole, Toulouse, France







 
* « All the pictures were the same. The whole project was a numbing onslaught of repetition, the same street and the same buildings over and over again, an unrelenting delirium of redundant images.
 
Auggie was photographing time, I realized, both natural time and human time, and he was doing it by planting himself in one tiny corner of the world and willing it to be his own, by standing guard in the space he had chosen for himself.
»
 



 
 




 
 
comments powered by Disqus