Catherine Estrade
 



                                                                                           
                                   Requiem
 

Au bout des brumes

aux cris soudains des asthénies

j'entends de loin

les violons les cortèges

solennels et fervents

des aiguillons de fer

des puissances fébriles

des cuivres des tambours

de mon amour et de mes larmes


Derrière la brume

les cloches vibrent silencieuses

une à une en lenteur monodique

en syncopée tragique

aux portes des pas des suivants

des fidèles à la lune


Mais je danserai encore

entre les souffles


Quand le violoncelle

solitaire

agrippera ma jupe


Et nous déconstruirons le brouillard

note à note


Mes particules et le reste du monde

essaimant doucement

les mémoires des voyages

aux rives décousues


Et l'encens

dessus les braises

brûlantes

les nuées terminales

Et la valse

aux étoiles naissantes