Catherine Estrade                  






                    Je te laisse


 
De la tempe qui bat                     Incertaine
Et de toi mon fils
je laisserai j’essaierai
la rafale effleurer
poursuivant sur le pont les vents sans faille
 
Passager immobile aux blessures pourpres
je te laisse aux aguets des sons
des paroles amères
des échoués des arbres mourants
 
A jamais en métamorphose sur l’angle obtus
éclosion des futurs
possibles
au présent conjugué brume incendiaire
Et je te laisse contrainte par le temps
sentant la mort sur ma peau un songe maladroit je cherche
 
franchissant des escaliers sans issue
 
Les battements sur la portée du cœur
infaillible et tanguant entre les barreaux
Je te laisse
 
Dans l’innombrable que je te jette
ainsi la peur aux bords de ma paupière
silencieuse enfin repue mais impérissable
 
Je te laisse
 

 





pour commenter c'est ici