Catherine Estrade




                                à terre



 

A la barrière le lierre

ça sent la terre et je la mange

 

au loin je vois

la peau fripée des mondes enfermés

des racleurs de glaise

des aboyeurs de chèvres

 

ça sent la terre

et je la glisse entre mes doigts

elle chante

l'éclat des fleurs

des champs

des luzernes délaissées

la chute

elle chante

la chute des poussières

des poussières des feuilles

 

la barrière s'écharde

la vieille a léché les couleurs

elles ont de la jachère l'abandon

 

le lierre s'étouffe

 

Il pleut sur ma terre

et je la mange

ça sent

ça sent la terre

 

si fort