Chargement... Merci de patienter quelques secondes...



                                             Chris O
CHRIS O.
Blue Montains- Australie
Parce que nous l'aimons, parce qu'elle est une femme généreuse, parce qu'elle joue de la guitare comme personne, parce que quand elle chante, l'âme entière des blue mountains chante avec elle. 
Ecoutez là sur SOUNCLOUD
You Tube
 


 
L'interview de Chris sur Radio Zinc (ici traduction en français)
Pour écouter l'interview de Chris en VO avec des extraits de ses musiques, allez sur Radio Zinc
 
      Radio Zinc , la radio de l'Asile au Bout du 

[1] Depuis combien de temps fais-tu de la musique?

J’ai toujours aimé chanter, je me souviens quand j’avais environ quatre ans, nous avions des invités qui venaient rendre visite à ma famille, je sortais du salon en dansant et en chantant, je faisais un vrai show !C’est sûrement quelque chose dans mon sang. Certains membres de ma famille proche ne sont pas très mélomanes mais si on remonte de quelques générations il y a quelques musiciens ; donc je pense bien que la musique est une chose qu’on a en soit à la naissance.

A l’école primaire on nous apprenait la flûte à bec, mais je peux vous dire que cet instrument ne m’inspirait pas beaucoup, ou du moins pas de la manière dont il était enseigné à l’école. Mais nous avons emménagé, quand j’avais à peu près huit ans, dans une maison où il y avait un piano  ; j’étais très attirée par le piano et j'ai appris à jouer quelques mélodies, et aussi quelques chansons que je connaissais.

C’est à peu près à cet âge que j’ai commencé à vouloir une guitare et j’ai supplié, supplié et supplié mes parents de m’en prendre une. J’ai eu ma première guitare quand j’avais environ dix ans et j’ai été très frustrée parce que, bien sûr, je voulais être capable de jouer tout de suite. Mon père avait un collègue qui pouvait jouer trois accords, les premiers accords que j’ai appris étaient donc E, A et B7 ; et je pense que la première chanson que j’ai pu jouer était « Michael row the boat ashore » ce qui, de nouveau, ne m’inspirait pas beaucoup. Mais c’est ce qui m’a lancé. Et regardez maintenant, j’ai fait de la musique pendant presque toute ma vie. Je suis la musique et la musique est une partie de moi. ~J’imagine que c’est ma raison d’être !

 


 

[2] Par quel(s) instruments(s) as-tu eu accès à la musique?

Je joue principalement des instruments à cordes comme la guitare, le dobro, le banjo, l’ukulélé et, bien sûr, ma voix qui est mon instrument principal. Mais je joue aussi du bodhran (un tambour sur cadre irlandais) et un peu de sifflet irlandais et de l’harmonica blues. Si vous entrez dans ma maison vous verrez que les instruments m’entourent, surtout dans le salon mais aussi dans les chambres. Je n’y fais pas très attention, je devrais, en les mettant dans des étagères par exemple, mais j’ai besoin de les avoir à portée de main à n’importe quel moment, les prendre et en jouer. Celui que j’aime le plus est toujours celui que j’ai aimé en dernier (mais est ce que ce n’est pas toujours le cas ?) : Un Résonateur Grestch Bobtail avec un dessus en acajou. Je ne l’ai que depuis une semaine mais j’aime vraiment jouer différents morceaux de ragtime et de blues sur ce résonateur, et il a un de ces sons !

Mais j’ai aussi quelques autres instruments que je préfère aux autres, j’adore mon Résonateur National Steel, qui est un « style 0 14 fret », j’ai attendu des années pour pouvoir me l’acheter ; j’ai aussi une guitare Martin avec un dessus en Acajou. Comment choisir parmi tous mes amours ? Je ne sais pas !





 

[3] Peux-tu citer quelques artistes qui t'ont marquée, quelles sont tes influences?

Comme j’ai toujours été très ouverte en matière de musique j’ai eu beaucoup d’influences ; la musique traditionnelle irlandaise que j’ai apprise de ma grand-mère, le Jazz et le Blues traditionnel et j’écoute aussi beaucoup de musiques ethniques. Mes parents écoutaient une grande variété de musique pendant mon enfance, puis j’ai commencé à voyager à travers le monde pendant quelques dizaines d’années, j’ai recueilli les traditions musicales à la racine dans de nombreux pays que j’ai visités. Bien sûr, comme j’ai grandi à Merseyside, je dois mentionner les Beatles ! Nous étions juste fous de la musique des Beatles, et j’imagine qu’elle fera elle aussi toujours partie de mon cœur. Une inspiration majeure quand je grandissais en Angleterre a été la  résurrection de ce qui était, j’imagine, le Blues d’avant-guerre, qui s’est développé sur la grande scène Blues britannique ; ça a du se dérouler autour des années 60 ou 70. Pouvoir entendre des gens comme Jo Anne Kelly chanter avec Stefan Grossman dans un petit bar à vin de Londres était juste incroyable, avec des artistes comme Duster Bennett ou Peter Green !

Quelques-uns de mes artistes préférés qui m’ont influencé au fil des années ? Eh bien c’est une question très difficile parce qu’il y en a tellement. Mais juste pour en nommer une poignée : Planxty (un groupe traditionnel irlandais fantastique), John Martyn, Skip James et Mississipi Fred McDowell et tous ces autres grands artistes blues des années 20 et 30, je les écoute chaque semaine ; Joao Gilberto pour la Bossa Nova brésilienne, Mohammed Reza Shajarian (de la musique traditionnelle Iranienne), Joni Mitchell, Billie Holiday, Doc Watson…Oh il y en a tellement que je ne peux pas vraiment tous les nommer ici ! Mais en ce moment mon plus grand bonheur et mon inspiration viennent des musiciens que je rencontre sur SoundCloud. C’est juste incroyable, je suis au paradis !








 

[4] Peux-tu nous dire quelques mots sur ta formation musicale?

Je n’ai aucune formation au sens formel du terme. Je peux écouter, jouer « à l’oreille », occasionnellement rejouer un riff de quelqu’un en le regardant de très près. Je le fais souvent, donc si je vois quelqu’un dont j’aime vraiment le jeu je vais vraiment y aller et jeter un œil à leur style. Je ne l’analyse pas complètement mais, vous voyez j’en absorbe la vibe. Je peux lire de l’écriture musicale très, très basique, mais être trop formel et exact tue la musique pour moi. Je sais ce que je fais avec les touches, je sais comment marche la musique mais tout est instinctif, c’est dans mon ADN maintenant. *rires* Mais pour m’y mettre, pour que la musique puisse entrer en moi, je dois être absolument entourée par elle, à chaque heure quand c’est possible. J’écoute attentivement et, parfois, je l’écoute juste avec mon âme ; et je pense que c’est comme ça qu’elle finit par couler dans mes veines, et que je peux arriver à jouer quand j’en ai envie.


 

 


 


 

[5] Quelle est pour toi la période la plus riche musicalement au cours du 20 et 21ème siècle?

Sans hésiter: Les années 1920/1930, elles étaient géniales pour l’émergence du Blues, juste incroyables, tous ces pauvres fermiers et chanteurs des rues luttant pour vivre, comme Mississippi Fred McDowell, Memphis Minnie ou Son House qui travaillaient tellement dur toute la journée, et en rentrant, jouaient la nuit ; ils étaient très pauvres, mais la soul music qu’ils ont développé…Ouf !Waouh !

Je dois dire qu’Aujourd’hui doit être la période la plus riche musicalement à travers le globe, comme nous partageons nos traditions et nos inspirations, surtout via Internet. Mais vous savez ce que je trouve le plus satisfaisant ? Ce que j’aime faire le plus ? C’est juste m’asseoir à côté de la table de la cuisine, ou autour du porche avec d’autres musiciens, partageant, jouant de la musique ensemble, faire un jam, s’inspirer les uns les autres. J’aime aussi beaucoup jouer dans la rue, ce que je considère comme étant le moyen le plus direct de transmettre ma musique aux gens !

 

 

 

[6] Quel est ton rêve le plus fou en temps que musicien?

Mon rêve le plus fou en tant que musicienne ? Eh bien je vis ce rêve, en ce moment même. Il y a des musiciens que je respecte vraiment qui apprécient ma musique, je travaille en collaboration avec des musiciens de partout dans le monde et, occasionnellement, j’arrive à toucher l’âme et le cœur de quelques-uns de mes auditeurs, ce qui est vraiment ce qui me motive le plus à faire de la musique. Mais le rêve ultime ? J’imagine que c’est celui de tous les artistes :être capable de jouer et d’écrire des chansons en professionnel, en gagnant juste assez pour payer le loyer, la voiture, le chauffage et un peu de nourriture !C’est vrai que ça serait le mieux !

 
















 
 
comments powered by Disqus


Accueil     Arts plastiques    Musique    Ecriture   Le zinc  Contact