Catherine O                                                                                     Accueil Catherine O                                    


                                        




A lire et regarder sur ordinateur...
 
 





Balade en Finistère Nord
     février 2019


                  Quand on a tout pleuré
                  Il ne reste que le sable
                  la mer
                  les roches
                  Et le turquoise au loin qui vient
                  chuchoter sous les ailes des oiseaux.
                  Quand on a tout donné
                  le cœur assoupi
                  Restent les oreilles
                  Et l'anse qui se remplit
                  Clapotis
                                                                                                                            Les lignes de sternes
                                                                                                                            tantôt blanches
                                                                                                                            tantôt grises
                                                                                                                            à se fondre sur l'horizon
                                                                                                                            à traquer la lumière
                                                                                                                            virevoltent
                                                                                                                            leurs chants
                                                                                                                            au midi capricieux.


 
 


















 
Mer
laminaires
Ocres et galets
gris
Goémon
Cheveux mêlés
Lacés
Délassés
Délaissés
Le sable morse
au vent qui frotte
où percent des oyats, herbes douces,
elles luisent dans le soleil du soir.

                     
 
             

                             

 




 
                   Fontaines
                   Femme mère
                   Coeur de racines
                   Le cresson clair
                   Algues fougères
                   La voûte au champ dormant
                   laisse passer le lumière
                   Coeur de pierre.







 
 
               Comme la neige
le sable blanc
La mer pâle et mauve
Un homme vieux
torse en doudoune
et jambes nues
Que reste-t-il
du temps qui passe?
Le varech sur la plage immense
poussé par le vent
se déroule,
alligators


                                     Je marche vent debout
                                     vers l'horizon qui se bouche
                                     Les oies bernaches indifférentes
                                     se baignent pourtant
                                     Je marche vent debout
                                     vers le vif du sujet
                                     l’Armor blessé
                                     son armée de brisants
                                     les rocs de Portsall
                                     Et loin devant
                                     le phare Corn ar C'haé
                                     que heurtent les vagues géantes
                                     plus fortes que neige.


 
 





















                          
                                 
 
 


Les roches sont douces et rondes et roses
Puis, là où le massif est mangé par la mer
dures, grises et tranchantes
aux vagues qui éclatent.
Je me love au creux des dragons endormis
Courbes de sable et baïnes
Un cachalot à l'agonie
Un varan tourné vers la mer
Les tables de loi renversées
Je vais vers ce qui vient
Et aujourd'hui
Rien
Juste mon pas qui s'allonge
Et les lignes tendres des plages rendues vierges par la mer



Je marche dans le minéral absolu








 





L'eau dans le granit comme des vasques
Le sable crisse sous mes pas
Les druides gardiens
Une tirelire
Une voussure
Un pubis
Je ne sais qui des nuages ou des rochers
racontent le plus d'histoires
Le sable coquillages est gorgé
d'eaux ruisselantes
Mou et lourd à mes pieds
Je marche dans cette immensité blonde et brune et bleue
et turquoise et grise
Femme éternelle couchée ici

Et peu à peu le grand océan
pudique
recouvre toutes ces histoires
d'un silence fracassant .




 
 
 
 
 


 
 
  







 





 
 
Arbres noués
dénoués
écorchés
Ils m'appellent
Je les frôle
Et continue mon chemin

Grève
Sur la beauté perlée du goémon
j'ai trouvé de quoi faire
un collier
Il m'appelle
Je le hume
Et continue mon chemin

Ce galet nacré
Sur le sable posé
De ma langue gourmande
Je l'ai goûté
Et continue mon chemin

 




Le sentier bordé d'alysses prématurés
La terre légère et noire
Champs de patates
où passe mon chemin

Sur l'amas de granit
les goélands perchés
Et moi posée sur un rocher
J'attends que monte la marée
Pour enfin entendre la mer
Au jusant trop retirée
J'ai regardé la crique
se remplir de vagues 
J'ai regardé au loin
longtemps 
les couleurs changer
J'ai laissé ma tristesse
se tisser
aux eaux bleues de l'île de Batz. 

 
 







 
Du sable plein les godasses
Du vent plein les yeux
La lumière dans les cheveux
Le granit au ciel bleu
Les pêcheurs en bottes de caoutchouc
et leur bonjour rugueux
Dans la marée qui descend peu à peu
je regarde les dragons s'éveiller
Et je remercie
Mes pieds
La mer
les sentiers
Et les oiseaux qui tout du long
m'ont enchantée...





                        Catherine O, février 2019

 







 
 

  • ouechTonton dit :
    13/3/2019

    Que c'est bon autant de nature, végétale et minérale. Ca vivifie, ça revigore ! Et puis ça spiritualise, jusqu'à la mer mauve...

  • Antoine de Rancourt dit :
    6/3/2019

    On se joint à cette balade, on en goûte tous les instants, les sentiment, toutes les sensations

  • Claude HERSANT dit :
    5/3/2019

    Formes, couleurs et mots racontent une histoire douce et mélancolique, on se promène ici en rêvant, entre tristesse et bonheur, dans cet espace sans limite qui libère.

  • Cachou dit :
    2/3/2019

    Et moi je te remercie de m'y avoir transportée ... Senteurs d'iode, goûts de sel, ressac mélancolie : les tristesses crissent sous les pas et la mer les effacera (ou pas !)

  • Elise dit :
    2/3/2019

    C'est doux et joli. Une charmante balade

  • noelle echiffre dit :
    1/3/2019

    La première photo, ce qui murmure sous les ailes des oiseaux, les herbes et les cheveux qui se délassent, délaissent. Celle très dessinée, une sorte de vasque et ton impression de poids mou et humide sous le pied. La femme éternelle, j'y suis bien à partir de sensations du sable au Conquet.



  •