Catherine O                                                                                     Accueil Catherine O
 



Vagabondages en Aveyron






 
Ces poèmes ont été écrit en Aveyron.
Quand je croisais un lieu particulièrement plaisant, et il en fourmille là-bas, je prenais mon cahier, m'absorbais dans le paysage, y piochais quelques éléments, à partir desquels je laissais errer mon esprit. Voici la trace de ces vagabondages.


 
Poème 1
 
Quelle salamandre ici dormant
sous la barque renversée
tenue par de solides piliers?
Dans le clocheton elle s'éveille
et lance aux trois croix de fer,
plantées là-bas sur le puech,
un appel à travers les vergers:
Venez, venez petits êtres de l'herbe
Venez danser sur les lauzes argentées
Faites sonner vos pieds légers
pour fêter le bel été
et laisser dormir ici-bas
les morts sous les dalles
de la Chapelle des pénitents.
 
15/08/2018
Chapelle des pénitents blancs,
Saint-Côme-d'Olt

 
Poème 2
 
Trois tiges dressés
trois tiges couchées
dans le soleil doré
Trois croix levées
deux croix moussues
de lichens sculptées
Un homme debout
en chapeau mou
croque la vallée
le clocher tors
le village rond.
Là où j'ai mangé des mûres
chantent les grillons.
J'espère qu'ils
nous survivront.
 
15/08/2018
Puech de Levade, Saint-Côme-d'Olt
 

 

Poème 3
 
Une femme au balcon
scrute la ville basse
Un homme la suit de peu
puis au jardin ils passent
À la glycine arquée
jettent à peine un regard
puis ils vont au donjon
chercher une fois encore
à tutoyer les cieux
Mais trop de murs et d'ors
tiennent le cœur étriqué
sont pour l'âme une prison
dont il faut se gausser
avant qu'il ne soit tard.
 
17/08/2018
Estaing, vue sur le château

 
 Poème 4
 

Les lourds vantaux de l'église
portent 730 clous de fer
Un pour chacune des âmes
damnées
pour avoir oser chanter la vie
en des temps arriérés
où la peur peu à peu
supplantait la beauté
Les femmes des collines
en robe d'organdi
chevauchent les dragons
reviennent chaque nuit
murmurent aux habitants
qu'ils doivent rester vivants.
 
16/08/2018
Église Saint-Côme-et-Saint-Damien
Saint-Côme-d'Olt



 
Poème 5
 
Il manque à l'Oratoire
quatre statues de grès
mais sous la croix de fer
aux lierres entrelacés
aux grains éparpillés,
de modestes cailloux
laissés par les pèlerins
demandent le chemin
marquent le destin.
 
16/08/2018
Ouradou de Saint-Côme d'Olt.

 

 
Poème 6
 
À Saint-Côme
quand les cloches sonnent
c'est toute la bastide
qui vibre et résonne.
 



16/08/2018
Au pied du château, Saint-Côme-d'Olt

 
Poème 7
 
 
Sur le chemin de marbre
une biche à trois têtes

t'a montré le chemin
des anciens châtaigniers
Tes longs cheveux mêlés
couverte d'argile rouge
tu t'es mise à danser
Aux troncs couverts de lierre
tu t'es entrelacée
Tu es devenue tiges, feuilles,
bientôt ciel étoilé ...
Dans le vieux bois demain
La biche reviendra
elle saluera gracile
les vénérables arbres
qui portent sur leurs troncs
une porte de cristal .
 
18/08/2018
Balade de Saulieu, Saint-Côme-d'Olt

 
Poème 8
 
C'est une fontaine magnifique
L'eau jaillit de la roche brute
On dirait un auroch de grès

Sous la voûte de pierres roses
elle remplit deux bassins moussus
caresse de grandes dalles lisses
qui ont vu passer tant de bras
qui ont vu passer tant de draps

Sur le mur les reflets striés
sont la partition enchantée
de l'onde limpide qui jaillit
des entrailles fortes des collines
dans une éclaboussure de joie.
 



19/08/2018
source et lavoir, Saint-Côme-d'Olt

 
Poème 9
 
Sous les cailloux de la fontaine
se cache un basilic
il se love dans le sable clair
se pare de mica
La nuit venue il sort
dîne de quelques lentilles d'eau
d'algues roses qu'il décroche
des grandes dalles douces
Surtout ne le dérangez pas
il pourrait bien vous pétrifier,
À moins que malicieux
il ne préfère vous enchanter
D'ailleurs du frottement de la pierre
je l'entends tirer mon cahier.
 
19/08/2018
source et lavoir, Saint-Côme-d'Olt

 
 
Poème 10
 
Sur le mur de l'église poussent des tournesols
là où la vieille porte s'arque vers la vallée
La cloche en son habit figée d'un air penché
supplie les hirondelles de la faire vibrer.
Mais la bâtisse encore nous offre sa lumière
peuplée de personnages aux étonnants visages
pavée d'humides rocs sur l'écorce terrestre.
Dans ce nid de silence moi j'ai trouvé l'école
Ne souffle que le vent, au lieu de voix d'enfants
Et quelques lézards vifs sur le seuil ombragé.
 



19/08/2018
Chapelle Saint-Laurent, Roquelaure

 
Poème 11
 
Une petite auge grise devant le four ancien
et deux sièges de tracteur en métal perforé
devant le crucifix depuis longtemps dressé

Le champ jonché de rocs surgis des herbes sèches
est une piste d'envol pour nos yeux assoiffés
Les belles vaches d'Aubrac sont de  tout petits points
mais le son des clarines jusqu'en haut nous parvient

Autour l'orage gronde, les nuages nous ombrent,
mais il ne pleuvra pas. Seul le vent qui tournoie
nous fait tenir chapeau et papier à dessin.


Homme d'Aubrac merci
d'ouvrir ainsi ton champ
pour nous offrir le temps
d'une contemplation.
 
21/08/2018
Hameau de Clouzots

 
Poème 12
 
L'église est toute dorée
caresse du crépuscule
Ce sont les voiles d'une fée
qui loge dans la combe

Dans ce nid de verdure
se love sur les murs.
 
L'entends-tu?
 
Ce chant dans les châtaigniers
ce crépitement dans le tremble
ce froissement de framboises,
c'est elle
et la source cachée
là, sous la vieille voûte
en contrebas du champ
sont les larmes bleutées
de ses yeux esseulés.
 
22/08/2018
Eglise de Cambon


 
Poème 13

 
Je me suis amusée des ombres sur le chemin

Et de la fraîcheur des grands arbres
La terre sentait l'air
Les feuilles étaient comme des papillons
et les papillons comme des oiseaux
Les mousses caressaient les pierres
Et les herbes fines du sous-bois
charmaient les libellules

Les fougères rougeoient dans les trouées de soleil
Le chant des sources composent celui du torrent
avec celui des oiseaux et des petits grillons
Je vénère hêtres et châtaigniers
et je marche, ravie
ravie à l'autre monde
présente à celui-ci.



23/08/2018
Balade au Cambon, Castelnau-de-Mandailles









 

 
Poème 14
 
Sur le mur cimenté
j'ai peint avec mes mains
une forêt enchantée
des oiseaux qui s'envolent
des volutes de lierre
des lys parfumés
un étang bleu turquoise
des hibiscus de sang
des corolles safran
Une fée s'est avancée
elle tenait en ses bras
un tout petit enfant
lui murmurait tout bas
les pensées des étoiles
"Tu seras bâtisseur,
afin que sur cette terre
les humains puissent trouver
des lieux d'apaisement. "
Ici fut donc construit
Notre-Dame d'Albiac
vaisseau de granit rose

Tant de jours sont passés
les mémoires délaissées
Lors a été perdu
le secret qui permet
d'ouvrir la voûte au ciel
et depuis les humains 
cherchent l'aurore en eux.
 
23/08/2018
Notre-Dame-d'Albiac
 

 
 

 
Poème 15
 
Aux habitants du cimetière
J'ai demandé droit de passage

Il n'a pas été refusé
Dans le silence nous sommes entrés
Sans bruit nous nous sommes installés
J'ai contemplé monts et vallées
les petites croix de ciment vieux
les mausolées de marbre lisse.


J'ai écouté siffler le vent
entre les dalles de Sainte Affrique
J'ai écouté passer le temps
et les envols d'oiseaux sauvages
Quand le dessin fut terminé
Dans mon cœur j'ai remercié
sans bruit nous nous sommes éclipsés
fermant avec grande douceur
la petite grille de fer forgé. 
 
24/08/2018
Cimetière et église, Sainte-Affrique-du-Causse



 
 



 
Poème 16
 
Sur les rives aux rondes pierres
marchent des loups d'argent
Leur mère majestueuse, altière
s'est avancée, frôlant le vent,
m'a regardée de ses yeux verts
et j'ai senti vibrer la terre
et j'ai senti croître le temps
Et puis la louve de lumière
s'est estompée dans le brouillard
qui au petit matin se lève
dessus le lit de la rivière .
 





Rives du Lot, à la nuit
Saint-Côme-d'Olt